Zone Interdite a partagé avec nous une émission spéciale qui nous a donné les larmes aux yeux entre bébé Misha et Priscilla              

En effet, Zone Interdite nous a donné de quoi sortir nos mouchoirs hier soir. En premier lieu, nous avons vu Déborah et sa greffe de l’utérus. La jeune femme de 36 ans est malheureusement née sans utérus. Néanmoins, entre 2018 et février 2021, les caméras de Zone Interdite ont suivi la maman dans son combat. Il faut souligner que Déborah est la première maman à expérimenter la greffe de l’utérus.

Ce n’est autre que sa mère, Brigitte, 59 ans qui lui en a fait don. Un cadeau extraordinaire pour l’ancienne championne de natation synchronisée. Grâce à cette opération, Déborah a pu réaliser son rêve de devenir maman. C’est ainsi, que vendredi dernier la jeune femme a donné naissance à Misha. La caractéristique principale de Déborah est qu’elle est née sans utérus comme 150 filles nées chaque année en France.

Zone Interdite - Bébé Misha

L’équipe de l’émission a suivi la jeune maman depuis mars 2019 à l’hôpital Foch jusqu’à ce mois, lors de la naissance miraculeuse de bébé Misha. Ce n’est pas pour rien que la dernière émission s’intitulait : « Quand les médecins redonnent l’espoir : dans les coulisses d’opérations miracles ». Outre cela, il est important de préciser qu’à la base, c’était un autre thème qui était censé passer dans l’émission. « Vacances ou travail au soleil : ces Français qui choisissent Dubaï ». Par rapport à Twitter, les tweets ont fusé en faveur de l’histoire.

LIRE AUSSI :  Tunisie : Miss Hayek 2020, un concours beauté typiquement culturel

Zone Interdite, Priscilla Dray raconte son histoire

Lors de ce reportage inédit, Priscilla Dray se dévoile. Après que la jeune femme se marie en 2011, elle devient l’heureuse maman de trois enfants : Ilan, Nathan et Aaron. Cependant, trois mois après la naissance du petit Aaron, le couple apprend que Priscilla est à nouveau enceinte. Mais cette fois-ci, elle décide de faire une Irruption Volontaire de Grossesse. Puis, elle se tourne vers le CHU de Bordeaux le 22 juillet comme elle le dit : « en excellente santé, sans problème, pour une IVG en ambulatoire ».

C’est là que le cauchemar a commencé. La jeune maman est d’abord victime d’un choc septique. Pourtant, les médecins ne l’ont pas diagnostiqué dans les temps et ne lui prescrivent pas d’antibiotique. C’est ainsi qu’elle se retrouve dans un coma de quelques heures. Ensuite, Priscilla apprend qu’elle a une bactérie pyogène de type A appelé « bactérie mangeuse de chair » ; qui se propage car elle n’a pas été soignée à temps.

Zone Interdite - Priscilla Dray

Priscilla doit donc être amputée des mains et des pieds. Pour toutes ces raisons, elle explique « je sors de la mort. C’est très choquant comme images, comme vidéo ; et si je montre ça c’est pour qu’on comprenne vraiment l’horreur que j’ai vécue ». Par la suite, elle continue: « Moi j’ai fait confiance et voilà dans quel état on m’a mise. On m’a tuée, et normalement j’aurais dû mourir. Les médecins me l’ont dit : ‘on vous a tiré par un cheveu’ ». Pour conclure, le CHU de Bordeaux a été condamné à une amende de 300 000 euros et trois personnes ont été mises en examen. Selon Sud Ouest, Priscilla Dray est actuellement aux États-Unis ; pour suivre une rééducation après une greffe des mains, une « opération qu’on lui refusait en France».

LIRE AUSSI :  Shy’m en plein allaitement, la photo ébranle le net !

Tu as aimé cet article ? Parles en sur les réseaux sociaux !


Tu as aimé cet article ? Parles en sur les réseaux sociaux !