in

Crise de panique : comment la reconnaître, l’éviter, et surtout réussir à la calmer

Crise de panique : comment la reconnaître, l'éviter, et surtout réussir à la calmer

Une crise de panique est considérée comme une forme d’anxiété. En effet, elle peut se manifester sous forme de sueurs, vertiges, palpitations, etc. C’est pourquoi il est important d’en connaître les différents symptômes, les différencier afin d’apprendre à mieux gérer la crise. Voici tous nos conseils pour tenter de l’éviter, et surtout d’apprendre à la gérer si jamais on la subit.

Crise de panique : comment la reconnaître, l'éviter, et surtout réussir à la calmer

Tout d’abord, il est primordial pour nous de définir la crise de panique. En effet, ressentir de l’anxiété lorsque l’on est stressé est tout à fait normal. Qui plus est, ce qui différencie la crise d’un stress normal est son intensité. Pendant une bonne poignée de minutes, le corps subit une angoisse très intense généralement accompagnée de signes physiques, ainsi que psychiques.

Il est vrai que l’on ne peut pas forcément les prévoir, c’est pour cela que sa venue déstabilise l’individu. Toutefois, bon nombre de situations engendrent les crises de panique. On parle de terreur ou de danger pour les décrire, et d’ailleurs, c’est parfois les personnes qui souffrent de phobie sociale qui sont plus susceptibles de les expérimenter.

Les symptômes d’une crise sont généralement les suivants :

  • Une transpiration excessive
  • Des tremblements sur l’ensemble du corps
  • Les palpitations cardiaques
  • Des nausées
  • Une sensation d’étouffement

Les attaques peuvent durer jusqu’à une dizaine de minutes, et c’est très désobligeant, surtout si elles arrivent au travail. C’est pourquoi nous avons prévu quelques conseils pour mieux les anticiper.

1. Tentez la relaxation pour mieux anticiper une crise de panique

La relaxation

Durant une attaque de panique, la respiration se dérègle et accélère. Cette accélération nous empêche généralement d’avoir le temps d’inspirer, le dioxyde de carbone s’accumule en nous. C’est cela qui fait que nos vaisseaux sanguins se contractent et ne permettent pas à notre cœur de pomper le sang dont il a besoin.

LIRE AUSSI :  10 Conseils nutrition pour un bon équilibre alimentaire

C’est généralement ce manque d’air qui peut provoquer en nous un sentiment de vertige ou encore de nausées. La première chose à faire durant une attaque de panique, et de tenter de reprendre le contrôle de sa respiration, doucement mais sûrement. Pour y parvenir, il est important d’intégrer des exercices de respiration dans son quotidien. En effet, cela apprend à notre corps à automatiquement chercher à s’accrocher à la respiration. D’ailleurs, plusieurs formes d’exercices existent : la méditation, le yoga, ou encore la relaxation musculaire.

2. Pensez à pratiquer une activité sportive régulière

Le sport pour aider à gérer une crise de panique

Grâce au sport, le corps arrive à libérer les endorphines. C’est d’ailleurs cette hormone qui provoque en nous une sensation de bien-être, et arrive à impacter notre humeur en bien. Qui plus est, une activité sportive régulière nous permet d’avoir de meilleures nuits de sommeil, nous débarrasse de notre stress, et nous aide à mieux gérer nos émotions.

Vous n’avez qu’à choisir l’activité qui vous convient le mieux, que ce soit la course à pied, ou une simple promenade. Vous pouvez également opter pour le vélo, la danse ou encore le tennis pour apprendre à mieux gérer son stress.

3. Limiter les stimulants pour éviter la crise de panique

Les stimulants

Une crise de panique peut nous déstabiliser de par son intensité. Toutefois, une meilleure hygiène de vie nous permet de mieux l’anticiper et de l’éviter. D’ailleurs, certains aliments que l’on consomme au quotidien sont des stimulants qui accélère le rythme cardiaque. Par exemple, la caféine est un des principals éléments qui peut aggraver notre anxiété. C’est également le cas du tabac, de l’alcool, et des drogues.

LIRE AUSSI :  Diabète : quels sont les aliments à impérativement intégrer dans notre régime ?

Saviez-vous que l’alcool diminue la sécrétion de sérotonine ? Il s’agit de l’hormone du bonheur, et sa diminution contribue à la dépression, et donne plus de chances de subir une attaque de panique beaucoup plus fréquemment.

En résumé, apprendre à reconnaître les symptômes d’une attaque de panique, et ce qui peut la provoquer peut nous aider à mieux la gérer en cas de venue.

Amandine Charle

Rédactrice web indépendante et contributrice pour la magazine Salon féminin
Contact : amandine.charles@salonfeminin.fr