Dans le métro, des femmes sont insultées et frappées. Elles sont victimes de sexisme et de violence. Ainsi, un homme s’apprêtait à descendre à la station Palais de justice du métro toulousain quand une femme de 53 ans a bloqué la porte afin de monter à l’intérieur de la rame. L’homme a alors largement perdu son sang froid et n’a pas manqué de l’insulter puis de la frapper violemment.

La victime a reçu de nombreux coups au visage et au torse avant que son agresseur soit arrêté par des agents de la sécurité du réseau Tisséo.

La femme a rapidement été prise en charge et a eu 10 jours d’incapacité totale de travail (ITT). Ce n’est que neuf mois plus tard que l’agresseur a été convoqué au commissariat et placé en garde à vue. Ce jeudi 30 janvier, il a reconnu les faits devant la police. Il devra prochainement répondre de ses actes devant la justice.

Une autre scène similaire :

Cette scène n’est pas un cas isolé. En effet, mardi 28 janvier, une autre vidéo est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux et a suscité l’indignation des internautes. Et pour cause, la scène était particulièrement violente. Dans le métro parisien, un homme insultait et menaçait une jeune femme avant de la gifler. L’agresseur a rapidement été interpellé et placé en garde à vue. Il devra également s’expliquer face à la justice.

Un rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publié en décembre dernier démontrait que 80% des violences physiques sont exercées par des hommes et sur des femmes. Des femmes sont alors insultées et frappées. Dans la moitié des cas recensés, la victime et l’agresseur ne se connaissaient pas.

LIRE AUSSI :  Kylie Jenner met fin aux rumeurs de séparation

Balance ton Métro :

En avril dernier, le collectifs féministe #NousToutes et Les Effronté·es. lançaient le hashtag #BalancetonMétro après que la militant Anaïs Leleux ait été agressée à la station parisienne Place d’Italie. De nombreux internautes avaient alors fait part de leurs expériences. La grande majorité des victimes étaient des femmes décrivant des scènes de violences presque quotidiennes.

A lire aussi : Just because I am a woman : La campagne choc d’un artiste pour sensibiliser contre les violences faites aux femmes.

Tu as aimé cet article ? Parles en sur les réseaux sociaux !


Tu as aimé cet article ? Parles en sur les réseaux sociaux !